" La plus vivante des encyclopédies universelles "

Des éditions spéciales

Si L'Illustration évoque d'abord le nom d'un hebdomadaire illustré, cela ne doit pas faire oublier la série de très beaux livres publiés entre 1922 et 1945, parmi lesquels le plus connu et le plus diffusé aura été le fameux Album de la Guerre. La liste qui suit, sans prétendre être exhaustive, se veut simplement un panorama des principaux titres à connaître Les "incontournables" selon la formule consacrée. Après 1945, L’Illustration a continué à publier divers albums qui ne sont pas mentionnés dans cet article.


L'ALBUM DE LA GUERRE

En 1919, alors que la Grande Guerre vient de s'achever, L'Illustration reçoit de nombreuses demandes de réassorts de collections des fascicules publiés entre août 1914 et juin 1919. Elles émanent pour la plupart des anciens combattants ou de leurs familles, désireux de conserver par l'image et le texte, le souvenir du conflit. C'est cette demande qui va pousser René Baschet à lancer en 1922 la publication des deux gros Albums de la guerre, "histoire photographique et documentaire reconstituée chronologiquement à l'aide de clichés et de dessins, publiés dans l'Illustration de 1914 à 1921, édition augmentée de documents inédits et comprenant de nombreuses reproductions en couleurs, ainsi qu'un texte sommaire, constituant un véritable précis d'histoire"...C'est du moins ce qu’annonce le sous titre en page de garde. L'entreprise est de taille et les chiffres parlent d'eux-mêmes: 2 volumes reliés tissu cuir rouge ou marron, 1.340 pages, 22 chapitres, 2.641 reproductions dont 143 en couleurs (certaines en doubles pages), 39 portraits hors texte contrecollés, 17 grandes cartes...Le tout accusant un poids de 13 kg (à méditer quand on achète sur Internet ou par correspondance). Louis Baschet, auteur des ouvrages, assoit sa crédibilité au sein de la société avec ce premier succès.

Pour avoir encore plus d'éclat auprès du monde combattant, René Baschet et son fils Louis ont sollicité pas tous les maréchaux de la Grande Guerre ]bdont la photo et une courte citation, avec autographe, ouvrent le volume premier. Il s'agit des maréchaux Joffre, Foch, Pétain, Fayolle, Franchet-d'Esperey et Lyautey. Un avant-propos de Georges Lecomte suit la galerie des portraits. Signalons que, à la même époque, d'autres éditeurs exploitent le même créneau et on compte plusieurs autres ouvrages illustrés qui paraissent au début des années 1920. Aucun, toutefois, n'aura le succès de l'Album de la guerre.

Le premier tirage des 14.000 exemplaires, entièrement composés et imprimés par l'imprimerie de la rue Saint-Georges, épaulée par la nouvelle imprimerie aménagée à Saint-Mandé, au début des années 1920, sera très vite épuisé. Il faudra mettre en chantier un second tirage à 15.000 exemplaires avant la fin de 1922...Puis 10 autres vont se succéder jusqu'aux années 1930, pour atteindre une diffusion totale de 200.000 exemplaires. Ce véritable succès éditorial va d'ailleurs assurer à la société Baschet et Cie une véritable rente de situation, contribuant largement aux bénéfices de l'entreprise. Le seconde guerre mondiale mettra un terme à la diffusion de l'ouvrage dans la France désormais occupée...On comprend aisément pourquoi.

L'ouvrage était proposé en 1928 à 350 F pour l'édition courante et à 475 F pour l'édition de luxe reliée peau... Comme le précisait la publicité maison, on pouvait l'acheter à tempérament (entre 3 et 10 versements selon certaines formules), ce qui l'a rendu accessible à un public plus large que celui des seuls lecteurs de l'Illustration. En 1938, l'édition de base coûtait 445 F. Signalons qu'il existe aussi une édition (plus rare) en 3 volumes reliés destinée à l'expédition à l'étranger, le maximum possible pour les expéditions postales étant alors de 3 kg.

L'importance du tirage fait que l'on trouve aujourd'hui assez facilement l'Album de la guerre. Les prix sont variables, mais il faut compter au minimum entre 100 et 150 euros pour l'édition ordinaire reliée tissu cuir rouge. Parmi les points à vérifier signalons-en au moins trois: l'état de la reliure...La présence de la totalité des doubles-pages en couleur et de l'intégralité des hors-texte (comme pour les numéros de noël, des albums ont été mutilés) et la présence de la carte des étapes de la victoire avec la chronologie en fin de Tome II. Enfin, ne pas oublier les frais de port qui font vite grimper l'addition, si l’on n’achète pas directement en boutique.

Fort du succès de cet album, la société Baschet et Cie devait poursuivre sur cette lancée avec la création officielle des Editions de l'Illustration auxquelles on doit quelques autres grands albums, qui n'ont toutefois pas connu des tirages ni une audience identiques. Ces ouvrages se partagent principalement entre Histoire de… (Ouvrages à thèmes), atlas et livres d'histoire et d'art, auxquels il faut ajouter quelques éditions sur des thèmes ponctuels.

LA PEINTURE AU MUSEE DU LOUVRE

Publié à la fin des années 1920, La peinture au musée du Louvre, écoles françaises et écoles étrangères est la reprise en 2 volumes reliés d'une série de 13 fascicules brochés publiés antérieurement. C'est Jean Geoffrey, conservateur de la peinture au Musée du Louvre qui en a assumé la direction. Les 2 volumes reliés (210/230 mm) totalisent 1.280 pages avec 1.081 reproductions dont 1.068 en héliogravure et 13 en couleurs. L'ouvrage était vendu 270 francs en 1929 et 350 francs en 1938. Plusieurs rééditions se sont succédé, y compris après la mise sous séquestre de la société Baschet et Cie en 1944. Ces éditions portent la mention SNEP-Illustration, après 1945.

En complément, Louis Hautecoeur a signé une Histoire du Louvre, relation inédite de toutes les transformations subies par le palais du Louvre (1 volume de 130 pages, 137 illustrations, format 200/300 mm). L'édition brochée valait 30 francs en 1929 (mais 60 francs en 1938) et il fallait débourser 50 francs en 1929 pour l'édition reliée.

L'ATLAS COLONIAL ET L’ATLAS DE LA FRANCE ET DE SES COLONIES

Avant le succès de l'exposition coloniale de 1931, à un moment où l'Empire français était au summum de sa puissance, L'Illustration publie en 1929 la première édition d’un Atlas colonial, "histoire générale, économique, politique, ethnique, anecdotique de toutes les possessions françaises, colonies, protectorats, pays sous mandat". En 320 pages (format 330/410 mm), sous reliure tissu cuir marron, il offre 58 cartes en couleurs, dont 18 en doubles pages, qui continuent à ravir les amateurs et qui expliquent le succès des exemplaires proposés à la vente aujourd'hui. La plupart trouvent preneurs, pour des prix se situant entre 130 et 200 - 250 euros, si l’état est impeccable. Un index de 35 pages regroupant 25.000 noms facilite les recherches. L'atlas est agrémenté de 242 illustrations et de 58 graphiques. Comme pour l'album de la guerre, on est allé chercher une caution militaire pour la préface, celle du Maréchal Lyautey. L'atlas colonial, réalisé par le commandant P. Pollacchi, était vendu 270 francs en 1930.

Quelques années après, un autre Atlas, plus modeste, vient enrichir la collection: il s'agit de l'Atlas de la France et de ses colonies (1 volume relié tissu cuir rouge, format 330/220 mm) riche de 21 planches et de 53 cartes, toutes montées sur onglet, dont 14 en doubles pages. Elles ont été dessinées par le commandant Paul Pollacchi. L’atlas s’ouvre sur une préface de Max Sorre.

Signalons, pour rester dans le cadre colonial, la publication en 1931 de L'exposition coloniale, un volume de 150 pages avec 340 reproductions (photos, aquarelles, dessins) sous reliure maroquin rouge. Il s'agit en fait de la compilation des pages consacrées à l'exposition dans les numéros des 23 mai, 5 juin, 25 juillet et 22 août 1931. Le tout proposé pour 100 francs en 1931. Il existe une seconde version avec 154 pages et 358 reproductions. C'est la reprise de la précédente en y ajoutant les articles publiés dans le numéro du 28 novembre 1931. On trouve une version reliée et une version brochée qui était nettement moins chère (25 francs en 1931).

HISTOIRE DE L'AERONAUTIQUE

Publiée en 1932, L'histoire de l'aéronautique entend reconstituer " toute l'histoire de la conquête de l'air". Elle est signée par Charles Dollfus et Henri Bouché, sous la direction de Louis Baschet. Là encore, on n'a pas lésiné sur les moyens matériels: le volume relié (tissu cuir vert ou marron) au format 290/390 mm présente sur 600 pages un total de 1.782 illustrations dont 126 en couleurs. L'ouvrage coûtait 255 francs en 1932 mais 310 francs en 1938. Il a été réédité plusieurs fois, y compris sous l'Occupation, avec une édition réalisée en 1942. Il existe aussi une édition brochée, avec titres dorés sur le plat. D'une édition à l'autre, on trouve quelques variantes, principalement des actualisations.

HISTOIRE DE LA MARINE

Sortie en 1934, peu de temps avant celle de la locomotion, cette Histoire de la marine se définit comme "une encyclopédie complète de l'art et de la science nautique à travers les âges". Là encore on a fait appel à des spécialistes réputés, tels que Albert Sébille, directeur du musée de la marine, René Lefébure (pour les aquarelles), Georges Toudouze et Charles de la Roncière. Toujours dans le format 290/390 mm, le livre relié tissu cuir vert ou marron, compte 600 pages et rassemble 1.341 illustrations. Prix d'époque: 310 francs en 1938. Il faut compter entre 100 et 150 euros pour des exemplaires complets et en bon état. Il existe une réédition en deux volumes in-folio par les éditions Baschet et Cie - l'Illustration, datant de 1966.

HISTOIRE DE LA LOCOMOTION TERRESTRE

Autre grand classique des albums de l'Illustration, cette Histoire de la locomotion terrestre a été lancée en 1936. Elle se compose de 2 tomes reliés de format 290/390 mm:

b[Tome I: ]bLes chemins de fer. Textes et documentation de Charles Dolffus et Edgar de Geoffroy. En 1 volume relié tissu cuir rouge, l'ouvrage fait le tour de la question, avec 380 pages et environ 1.000 illustrations. Prix du livre: 245 francs en 1938.

Tome II: La voiture, le cycle, l'automobile, "les moyens de locomotion autres que le chemin de fer, depuis la marche et la course à pied jusqu'à l'automobile", précise l'argumentaire de l'époque. Les textes sont signés de Baudry de Saunier, Charles Dollfus, Edgar de Geoffroy. (1 volume relié tissu cuir rouge, 470 pages, 1.000 illustrations...pour 285 francs en 1938). Une version brochée, avec titre doré sur le plat existe. Plusieurs éditions se succèdent jusqu'en 1942. (Compter une centaine d'euros minimum aujourd’hui pour des exemplaires en bon état et complets).

En complément, La locomotion moderne a été publiée en 1951 par les éditions SNEP – Illustration. L’ouvrage complète et prolonge les titres précités avec des chapitres sur la marine (Henri le Masson), l’aviation (Camille Rougeron), les chemins de fer (Robet Barjot), la route (Jacques Thomas) et l’automobile – le cycle (Henri Tinard). Il reprend le même format et une présentation identique aux précédents, avec des illustrations nombreuses en noir et blanc et en couleur, le tout sur 415 pages, complétées par un index.

HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE

Pour un magazine qui avait bâti sa réputation sur l'image et la photographie, une Histoire de la photographie s'imposait. C'est Raymond Lécuyer qui s'est attelé à la tâche et l'ouvrage de 455 pages relié (format 385/300 mm) a été publié en 1945 par les éditions Baschet et Cie, alors sous contrôle de la SNEP (Société nationale des entreprises de presse). Originalité du livre, on y trouve des pages de photographie en couleurs et en relief. C'est ce qui explique que le volume était livré avec des lorgnons bicolores pour pouvoir jouir de la vision en relief. Il est donc capital de vérifier avant tout achat la présence de l'objet. Cette Histoire de la photographie est beaucoup plus rare que les précédents albums, ce qui explique les prix nettement plus élevés. Un bel exemplaire avec la paire de lorgnons bicolores, sous pochette, peut facilement dépasser les 200, 300 voire 400 euros.

Description de l’ouvrage : Volume relié, format in-folio (format 382mm x 289 mm), texte sur 2 colonnes, papier couché. 19 planches photos hors texte couleurs dont 3 montées sur papier fort, 55 planches de photos hors texte monochromes accompagnées de très nombreuses photos in texte dont plusieurs en couleurs, 455 pages, dont 10 de bibliographie et 16 d’index.

Table des chapitres : Les antécédents de la photographie -- L'aventure de la découverte (1814-1839) -- L'âge du daguerréotype et du calotype (1839-1857) -- L'ère du collodion (1855-1880) -- L'avènement du gélatino-bromure (1878) et de l'anastigmat (1890) -- La vogue de la photographie artistique -- L'image animée (1851-1895) -- La technique moderne (1918-1939) -- Conquête de la couleur (1829-1943) -- Création des procédés photomécaniques (1813-1939) -- A la recherche du relief (1850-1943) -- La photogrammétrie et la photographie aérienne (1851- 1945) -- L'exploration de l'infiniment petit et de l'invisible -- La photographie au service des beaux-arts et des belles-lettres -- La photographie au service des sciences -- La téléphotographie et le bélinogramme. – Bibliographie – Index.

MILLE ET UN DESSINS D'HENRIOT

Publié en décembre 1931 pour saluer les 42 ans de collaboration du dessinateur Henriot à l'Illustration, Mille et un dessins d'Henriot est un ouvrage broché de 136 pages qui se distingue par son format à l'Italienne, plus propice à la reproduction des bandes dessinées par Henriot. On y trouve quelques-uns de ces dessins qui ont fait la réputation d'Henriot et qui plaisait tant au public de Ll'Illustration. Ils figuraient soit en 2ème page de couverture, soit en 3ème page. Signalons, que pour succéder à Henriot, décédé en 1934, L'Illustration devait faire preuve d'un peu plus d'audace en recrutant le dessinateur Cami, fondateur du Petit Corbillard illustré (!) pour sa Semaine camique. L'album était vendu 20 francs en 1931 et il est assez difficile à trouver, le tirage ayant sans doute été peu important.

Jean Paul Perrin